Origines des arts martiaux asiatiques

On appelle art martial toute pratique d’entraînement amenant à la maîtrise du corps et de l’esprit et permettant de vaincre un ou plusieurs adversaires, à mains nues ou avec des armes blanches (bâton, épée, etc.).

L’adjectif « martial » étant dérivé du dieu latin de la guerre « Mars », l’appellation art martial est donc une
désignation occidentale pour regrouper toute discipline répondant à la définition citée ci-dessus (la désignation « art », suivant le Larousse, est défini comme « un ensemble de procédés, de connaissances, de règles à observer dans une activité : faire quelque chose selon les règles de l’art »).

Concernant le continent asiatique, l’origine des arts martiaux se perd dans la nuit des temps. Le traité « L’Art de la guerre » du célèbre stratège chinois, Sun Tzu, écrit il y a environ 2500 ans, cite les arts martiaux comme méthode d’entraînement des unités militaires de la Chine ancienne[].

Mais ce fut au 6è siècle (dans les années 510 de notre ère) qu’un moine dénommé BODHIDHARMA (« L’Illuminé »), venant de l’Inde pour prêcher le bouddhisme en Chine, établit les bases d’une discipline rigoureuse entraînant à la fois le corps et l’esprit au temple de Shaolin.

Son entraînement est issu d’une méthode ancestrale de combat indien, le kalaripayatt. Les moines de Shao Lin développaient ainsi des moyens pour supporter les sévères conditions d’ascèse de leur vie quotidienne, et pour lutter contre les animaux sauvages et les pillards qui rôdaient en permanence dans la région.

Au fil des siècles, cette discipline devint célèbre et se développa par le biais des voyageurs-moines bouddhistes, issus du légendaire temple chinois, qui répandirent leur foi et leur savoir à travers tout le continent asiatique.

L’entraînement martial des moines s’adapta ensuite aux usages et mentalités des régions visitées. Il fusionna alors avec les diverses pratiques physiques en vigueur et une multitude de styles de combat virent le jour : Wu Dang, Kun Lun, Hung Gar, Tai Chi, Tang Lang… (Chine), Muay Thaï… (Thaïlande), Taekkyon… (Corée) Bersilat … (Malaisie) …

Les écoles de combat chinoises furent désignées sous le nom populaire de Kung Fu Wu Shu, signifiant la maîtrise parfaite (Kung Fu) d’un art martial (Wu Shu).

 

[Haut de page]

Dragons-Fées